Open Talk-Show de Saint-Denis

Podcast créé à partir de l'émission #2 en direct le 18/2/22 à 11h
Lycée Suger - quartier du Franc Moisin

Auditrices-intervenantes et auditeurs-intervenants :

Mahmadou, Samy, Lydia, Melina, Alexis, Alicya, Rosalyn-Marine, Sarah, Awa, Hania, Winzel, Feriel, Inès, Cherif, Zinédine, Davidson, Ylies, Manal, Makan, Wael,

Anita (professeure), Alexis (professeur).

Animateurs-chroniqueurs :

Éléna, Tiana, Bruno, Khaï-Dong

Relais auprès des publics, chargée de production et de formation  : Éléonore

Réalisation des émissions et des podcasts  : 

Jean

Montage photo OTS 2.png

Choix des intervenants :

- Comment les influenceurs (influenceuses) arrivent-ils (elles) à influencer sur Snapchat, et TikTok ?

- Qu’est-ce qui se joue dans le débat médiatique autour du voile sur les cheveux des femmes dans le sport ?

Edgar Morin a proposé - en 1999 - un livre qu’il a soumis à des personnalités et scientifiques de quasiment tous les continents, intitulé Les sept savoir nécessaires à l'éducation du futur. https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000117740_fre Son idée principale est d'encourager l’enseignement des connaissances sous l’angle de la complexité, en acceptant les limites associées. Par complexité, il entend ce qui est tissé ensemble. Par exemple, dans notre perception de la réalité, une part relève de l’imaginaire.


Edgar Morin rappelle que cette idée n’est pas nouvelle. Selon la pensée védique, notre réalité serait maya (monde des illusions). Selon la pensée bouddhique, elle serait samsara (monde des apparences). En Occident, l'idée de Platon, celle d'une réalité dont nous ne connaissons que des ombres, a été diversement reprise.


Dit par le philosophe Kant - puis confirmé par les neurosciences - nous savons que dans notre perception de la réalité, il y a une part qui relève des imaginaires de nos sociétés et de nos cultures. Comme par exemple : l'idée de la France, l'idée de la république, l'idée de la laïcité, l’idée de la justice, l’idée de fraternité, et même l’idée de l’argent…


Pour Edgar Morin, aborder la connaissance sous l’angle de la complexité signifie aussi d’accepter de reconnaître la part des imaginaires dans la perception de la réalité. Je le cite “L'ultime et absolue citadelle de notre réalité est, pour chacun d'entre nous, au cœur de nos souffrances, jouissance, joie, amour, peur, désir. … Pour nous humains, l'affectivité, qui est la subjectivité même, est le noyau dur de notre réalité.” Les nouveaux médias qui peuplent nos écrans nous renvoient tous les jours à cette réalité.